Loading Events

« All Events

  • This event has passed.

Prendre corps : du virtuel à l’imprimé

February 18 @ 7:00 pm - 8:15 pm

Conversation « Prendre corps : du virtuel à l’imprimé »
entre Madeleine Stratford et Catherine Voyer-Léger
Mardi le 18 février à 19h
À la Galerie UQO

La conversation avec Catherine Voyer-Léger portera sur sa pratique de rédactrice dans divers médias écrits et parlés ainsi que d’autrice littéraire. Cette conversation s’inscrit dans le cadre du cours ECR1103 Atelier de création, mais elle est ouverte à toute la communauté universitaire ainsi qu’au grand public. Avant la rencontre, les étudiant•e•s de l’atelier donné par Madeleine Stratford auront lu le plus récent ouvrage de l’autrice, « Prendre corps », basé sur un projet d’écriture en ligne intitulé corps dedans/dehors. Ils pourront alors discuter avec elle de son expérience de « traduction » de ses textes de l’espace virtuel au livre imprimé. Une subvention de l’UNEQ (programme Parlez-moi d’une langue) a été obtenue pour la rencontre.

Catherine Voyer-Léger est essayiste, chroniqueuse et animatrice. Elle collabore à plusieurs périodiques et projets collectifs On peut l’entendre à la radio, notamment aux émissions C’est fou et Les matins d’ici. Elle signe entre autres deux recueils de chroniques chez Hamac, Détails et dédales (2013) et Désordres et désirs (2016), un essai intitulé Métier critique (Septentrion, 2014), ainsi qu’un album pour enfants, La chorale des animaux (Guy Saint-Jean, 2018). Elle poursuit actuellement un doctorat en Lettres françaises à l’Université d’Ottawa.

Prendre corps (La Peuplade, 2018), son plus récent recueil, est basé sur un projet d’écriture en ligne. Il a été finaliste au prix Œuvre de l’année en Outaouais et s’est mérité le Prix littéraire Jacques-Poirier – Outaouais en 2019. Prendre corps n’est pas un livre comme les autres. Entre intimité et mémoire, larmes et désirs, ce projet d’écriture fragmentaire fait la confidence d’une expérience corporelle féminine et contemporaine. Texte chaleureux, il invite à devenir l’autre pour être soi, à pleurer et à rire selon chaque humeur, à penser le langage pour mieux panser la chair. Sans folios, sans mode d’emploi, ce livre se vit.

Madeleine Stratford est poète, traductrice littéraire et professeure agrégée à l’Université du Québec en Outaouais. Son premier recueil de poème, Des mots dans la neige (éditions Anagrammes, 2009), lui a valu le Prix de poésie Orpheus en France. Sa traduction française de Ce qu’il faut dire a des fissures de l’Uruguayenne Tatiana Oroño (Paris: L’Oreille du Loup, 2012) a remporté en 2013 le Prix de la traduction littéraire John-Glassco de l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada. En 2016 et en 2019, elle a été finaliste au prix du Gouverneur général, catégorie traduction. En juin 2019, elle était l’une des mentors invités du programme de résidence du Centre international de la traduction littéraire de Banff. Elle s’intéresse à la création et à la traduction littéraires, à la littérature contemporaine (multilinguisme et questions de genre). Au cours des dernières années, elle a étudié son propre rapport à la créativité dans le cadre d’un projet de recherche-création financé par le FRQ-SC.

Details

Date:
February 18
Time:
7:00 pm - 8:15 pm
Website:
https://www.facebook.com/events/515521685781154

Venue

Galerie UQO
101, rue Saint-Jean-Bosco
Gatineau, J8X 3X7 CA
+ Google Map